Ouvrir la Science

Résultats du premier appel à projets du Fonds national pour la science ouverte en faveur de l’édition scientifique ouverte

Actualités du comité
05/11/2020

Le Comité de pilotage de la science ouverte s’est appuyé sur les conclusions d’un jury international pour sélectionner 22 projets à l’issue du premier appel à projet du Fonds national pour la science ouverte (FNSO). Un soutien global de 2 675 000 euros est ainsi apporté aux infrastructures, plateformes et projets éditoriaux qui contribuent à consolider l’écosystème français de l’édition scientifique ouverte.

Le FNSO a lancé son premier appel à projets en décembre 2019 sur le périmètre de l’édition et de la publication scientifiques ouvertes et de leur écosystème. 105 projets ont été déposés, dont 10 pour le volet infrastructures de recherche, 39 pour le volet plateformes éditoriales et 56 pour le volet contenus éditoriaux. 28% des projets déposés concernaient les disciplines en sciences, techniques et médecine (STM), 51 % en sciences humaines et sociales (SHS), les 21 % restant touchant l’ensemble des disciplines. 86 % des projets déposés étaient portés par un acteur du secteur public et 14 % par un acteur du secteur privé.

Les projets ont fait l’objet d’une expertise croisée qui a mobilisé plus de 50 experts, puis ont été examinés par un comité de sélection international présidé par Vincent Larivière, professeur en sciences de l’information à l’Université de Montréal et Vinciane Pirenne-Delforge, professeure au Collège de France. Les conclusions du comité de sélection ont fondé les arbitrages qui ont été pris par le Comité de pilotage de la science ouverte, présidé par Bernard Larrouturou, Directeur général de la recherche et de l’innovation.

Les 22 projets sélectionnés

Au vu de la qualité des projets présentés, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a effectué un effort supplémentaire d’un demi-million d’euros, qui a permis de retenir 22 projets dont 5 concernent des infrastructures de recherche inscrites sur la feuille de route nationale, 7 des plateformes éditoriales et 10 des contenus éditoriaux (télécharger la liste des projets retenus). Le volume de financement est ainsi porté à 2 675 000 euros.

Les soutiens accordés permettront en particulier d’opérer un véritable saut qualitatif pour des infrastructures essentielles dans l’écosystème français de la publication scientifique en accès ouvert ; de soutenir des revues qui font le choix fort d’une conversion vers l’accès ouvert ; de consolider des initiatives en matière d’évaluation ouverte par les pairs ; ou d’expérimenter de nouveaux formats de publication liant textes et données.

L’analyse des projets retenus fait apparaître un relatif équilibre entre disciplines STM et SHS, une bonne répartition territoriale des porteurs de projets et des logiques vertueuses de mutualisation à l’œuvre, la plupart des projets retenus impliquant un nombre important de partenaires. La prédominance des acteurs publics parmi les projets soumis se retrouve dans les résultats de l’appel.

A noter : 5 projets portés par des acteurs français impliquent des partenaires internationaux

A noter : certains projets portés par des acteurs publics bénéficient aussi à des acteurs privés au titre de partenaires

 

 

Le Fonds national pour la science ouverte

Créé en application du Plan national pour la science ouverte annoncé en juillet 2018 par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le FNSO est destiné à soutenir des initiatives concourant au développement de la science ouverte. Il est financé par le ministère et reçoit des contributions complémentaires en provenance de la communauté de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, grâce aux économies réalisées sur les abonnements aux publications du groupe Elsevier. Il a également bénéficié en 2019 de dotations du CNRS, de l’INRIA et de l’IFREMER.

Les futurs appels à projets

Le Comité de pilotage de la science ouverte a également décidé de rééditer un appel à projets dédié à l’édition et la publication scientifique et de lancer en 2021 un nouvel appel dédié aux données de la recherche.

 

Lire le communiqué de presse du MESRI.