Ouvrir la Science

Faisabilité d’un Observatoire des pratiques de la science ouverte

Actualités du comité
11/06/2020

Les membres du groupe projet « Observatoire des pratiques de la science ouverte » présentent le résultat de l’étude qu’ils ont mené à la demande du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), dans le cadre du Comité pour la science ouverte.

Le souhait du MESRI est la mise en place d’un « Observatoire des pratiques de la science ouverte » pour mieux cerner, comprendre l’écosystème de la science ouverte à une échelle locale, nationale et internationale. Et permettre ainsi d’adapter les politiques publiques, de faciliter le positionnement des acteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et de permettre aux chercheurs de mieux se repérer.

Les membres du groupe, dans leur rapport final et la note de synthèse, apportent des éléments pour la mise en place de ce dispositif permanent d’observation des pratiques de la science ouverte.

Dans la première partie sont déclinés le champ couvert par l’observatoire et les objets à suivre, dont quatre en priorité : les publications ouvertes, les données de la recherche, les pratiques de la science ouverte et les retours d’expériences, et l’ouverture à la société. Pour chacun sont précisés dans un tableau : la faisabilité de l’observation (quoi), le calendrier (quand), les acteurs et les partenaires possibles (qui) et la méthodologie (comment).
La deuxième aborde les ressources et les services que le dispositif devrait offrir pour aider l’ensemble des acteurs à se repérer dans la masse d’informations déjà disponibles sur la science ouverte.
La troisième traite de sa mise en œuvre et de son mode de fonctionnement (organisation, pilotage, moyens, ressources, priorisation des contenus et des actions…).

Pour les membres du groupe, l’observatoire doit être pensé comme un objet dynamique qui évoluera en continu, en fonction de ses propres réflexions, de ses travaux et au fil des évolutions de la science ouverte. Avec donc une structuration modulaire, qui s’appuie sur l’existant et est élaborée avec les acteurs. Une première brique pourra être rapidement déployée.