Collège Données de la recherche

Données de la recherche
Le deuxième axe du plan national pour la science ouverte invite à « structurer et ouvrir les données de la recherche ».
Lire Plus
Voir moins

Dans le prolongement de la loi pour une république numérique qui incite les établissements publics à rendre leurs données ouvertes par défaut et réutilisables gratuitement, le gouvernement français vient récemment d’inscrire son action en faveur du partage des données scientifiques dans 2 mouvements internationaux :

  • En rejoignant l’initiative GO FAIR comme membre fondateur[1]
  • En s’engageant pour construire un écosystème de la science ouverte dans le cadre du plan d’action “gouvernement ouvert” 2018-2020[2]

Le deuxième axe plan national pour la science ouverte invite à « structurer et ouvrir les données de la recherche ».

Au-delà de ces initiatives politiques, rendre les données scientifiques[3] F.A.I.R[4]. (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), suppose une appropriation des enjeux par les établissements et l’identification d’actions et de moyens pour que les chercheurs et les collectifs de soutien à la recherche se saisissent des opportunités d’une “data-driven” science.

Le besoin d’actions concerne la politique des établissements, le développement d’infrastructures de services technologiques pour la gestion, le partage et l’analyse des données, la formation des chercheurs ou des personnels des métiers de l’informatique, de l’IST …, un changement de culture lié aux pratiques de partage, de collaboration, mais aussi de valorisation des résultats de la recherche (open innovation). Il peut aussi impliquer une mutualisation ou à minima une approche concertée.

On identifie au moins deux “espaces” de travail sur les problématiques liées aux données : le groupe de travail “Infranum” piloté par le MESRI/DGRI/SSRI et RDA France porté par le CNRS.

 

Une suggestion, une question à nous faire remonter ?