Ouvrir la Science

Collège Données de la recherche

Le deuxième axe du plan national pour la science ouverte invite à « structurer et ouvrir les données de la recherche ».

Lire Plus
Voir moins

Dans le prolongement de la loi pour une république numérique qui incite les établissements publics à rendre leurs données ouvertes par défaut et réutilisables gratuitement, le gouvernement français vient récemment d’inscrire son action en faveur du partage des données scientifiques dans 2 mouvements internationaux :

  • En rejoignant l’initiative GO FAIR comme membre fondateur[1]
  • En s’engageant pour construire un écosystème de la science ouverte dans le cadre du plan d’action “gouvernement ouvert” 2018-2020[2]

Le deuxième axe plan national pour la science ouverte invite à « structurer et ouvrir les données de la recherche ».

 

Au-delà de ces initiatives politiques, rendre les données scientifiques[3] F.A.I.R[4]. (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), suppose une appropriation des enjeux par les établissements et l’identification d’actions et de moyens pour que les chercheurs et les collectifs de soutien à la recherche se saisissent des opportunités d’une “data-driven” science.

Le besoin d’actions concerne la politique des établissements, le développement d’infrastructures de services technologiques pour la gestion, le partage et l’analyse des données, la formation des chercheurs ou des personnels des métiers de l’informatique, de l’IST …, un changement de culture lié aux pratiques de partage, de collaboration, mais aussi de valorisation des résultats de la recherche (open innovation). Il peut aussi impliquer une mutualisation ou à minima une approche concertée.

On identifie au moins deux “espaces” de travail sur les problématiques liées aux données : le groupe de travail “Infranum” piloté par le MESRI/DGRI/SSRI et RDA France porté par le CNRS.

 

Infos sur le groupe
Équipe
Livrables & productions
  • Faire naître des actions à partir des enjeux identifiés par les communautés de recherche ou les spécialistes, portés par les membres du collège ou issus de veilles diverses ;
  • Construire ou faire construire des actions en application des orientations/décisions politiques relayées par le CoSO ;
  • Coordonner les activités des divers groupes. Procéder au suivi des groupes projets qui relèvent du Collège ;
  • Rapporter au CoSO.
Pilotes
photo Véronique Stoll
Directrice de la bibliothèque de l'Observatoire de Paris
photo Véronique Stoll
Véronique Stoll
Directrice de la bibliothèque de l'Observatoire de Paris

Véronique Stoll est conservateur en chef des bibliothèques, actuellement directrice de la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, où elle s’occupe notamment des questions de science ouverte pour l’établissement.

Après avoir travaillé en administration centrale au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, elle a exercé une dizaine d’années au ministère de la défense, avant de rejoindre l’Observatoire de Paris.

Ses missions portent principalement aujourd’hui sur l’appui à la recherche et sa valorisation (bibliométrie, accès ouvert aux publications, données de la recherche), tant au niveau de l’établissement qu’au niveau de l’INSU. Elle participe activement à différents groupes et réseaux impliqués dans la science ouverte (Research data Alliance, observatoires des sciences de l’univers…).

photo Pierre-Yves Arnould
Responsable des systèmes d'information, OSU OTELo (Observatoire Terre Environnement de Lorraine) – CNRS
photo Pierre-Yves Arnould
Pierre-Yves Arnould
Responsable des systèmes d'information, OSU OTELo (Observatoire Terre Environnement de Lorraine) – CNRS

Pierre-Yves Arnould est responsable des systèmes d’information de l’Observatoire Terre et Environnement de Lorraine (OSU OTELo), l’observatoire qui rassemble les unités de recherche dans le domaine des géosciences et de l’environnement en Lorraine.

Après plus d’une dizaine d’années consacrées à la sécurité et aux développements techniques des systèmes de gestion de l’information scientifique et technique au sein de l’Institut de l’information scientifique et technique (Inist-CNRS), il a rejoint une unité de recherche pour y apporter ses compétences au niveau des services numériques et contribuer à sensibiliser et former les équipes scientifiques sur la science ouverte et notamment les données ouvertes. Il est l’initiateur et le co-concepteur de l’entrepôt de données institutionnel ORDaR (OTELo Research Data Repository) pour l’observatoire.

 

Pierre-Yves Arnould a participé activement à l’inscription de la science ouverte dans le plan quinquennal de son observatoire.

Il fait partie du comité opérationnel de la science ouverte de l’Université de Lorraine et a apporté son expertise dans de nombreux groupes de travail sur la science ouverte.

 

Membres
  • Baptiste CECCONI (INSU)
  • Jean-Yves CHATELIER (INERIS)
  • Romain FÉRET (Université de Lille)
  • Françoise GENOVA (CNRS)
  • Marie-Emilia HERBET (Université de Lyon)
  • Hélène JOUGUET (CNRS)
  • Thomas JOUNEAU (Université de Lorraine)
  • Jean-François MARTIN (SUPAGRO Montpellier)
  • Kenneth MAUSSANG (Université de Montpellier)
  • Marine MOGUEN (ENSEA)
  • Magalie MOYSAN (Université de Paris)
  • Gilles OHANESSIAN (CNRS)
  • Carlo-Maria ZWOLF (Observatoire de Paris)
 
Une suggestion, une question à nous faire remonter ?
Écrivez-nous et saisissez le comité pour la science ouverte et ses 200 experts.