Ouvrir la Science

Traductions et science ouverte

Explorer les possibilités offertes par les technologies de la traduction pour favoriser le multilinguisme de la production scientifique

 

Lire Plus
Voir moins

La barrière linguistique constitue un obstacle à la diffusion des savoirs scientifiques. Dans le même temps, le maintien d’une écriture dans les langues natives reste pour certaines disciplines la garantie d’une pensée diverse et d’un ancrage social, comme l’a rappelé l’initiative d’Helskinki sur le multilinguisme de la production savante.

La traduction se situe au coeur de ces enjeux : pour les disciplines qui publient majoritairement en anglais, elle facilite l’appropriation des savoirs au-delà des communautés scientifiques, par les professionnels, les étudiants, etc. Pour celles qui publient majoritairement en français, elle favorise le rayonnement de la recherche française dans le monde.

Le groupe de travail explorera les possibilités offertes par les technologies de la traduction (moteurs de traduction automatique, mémoires de traduction, bases terminologiques, corpus électroniques multilingues, etc.) dans la perspective d’une montée en charge de la traduction de textes scientifiques français. Il réalisera un inventaire des outils existants, en intégrant en particulier les outils open source. Il s’attachera à définir des principes d’évaluation et de post-édition des textes issus des moteurs de traduction automatique. Sur cette base, il proposera des projets à visée opérationnelle, qui pourront être lancés dans la continuité de ses travaux.

Le groupe de travail est mis en place en lien avec la Délégation générale à la langue française et aux langues de France du ministère de la Culture et bénéficie du soutien du Fonds national de la science ouverte.

Infos sur le groupe
Équipe
Livrables & productions
  • Réaliser un inventaire des technologies de traduction applicables aux textes scientifiques
  • Effectuer un premier bilan des expérimentations initiées par l’appel à projet Traductions scientifiques du Comité de suivi de l’édition scientifique
  • Identifier les champs disciplinaires les plus favorables à la mise en oeuvre des outils de traduction automatique, en fonction des ressources existantes
  • Définir les conditions de constitution de bases d’apprentissage composées de corpus de textes scientifiques multilingues (sources d’alimentation, conditions juridiques, techniques et financières pour la collecte)
  • Définir des principes d’évaluation des textes issus de moteurs de traduction automatiques et de post-édition de ces textes
  • Proposer des projets visant à tester ou à développer des solutions opérationnelles de traduction automatique, semi-automatique ou assistées de textes scientifiques, dans la perspective d’un déploiement à grande échelle.
Pilotes
photo Susanna Fiorini
Susanna FIORINI Traductrice et consultante en communication multilingue
photo Susanna Fiorini
Susanna Fiorini
Susanna FIORINI Traductrice et consultante en communication multilingue

Susanna Fiorini enseigne à l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs, qui est rattachée à l’Université Sorbonne Nouvelle.

Elle intervient en tant que traductrice et consultante indépendante auprès de différentes organisations internationales, institutions publiques et entreprises du secteur privé. Ses domaines de spécialisation sont les technologies et le numérique, l’art et la culture, les sciences politiques et sociales ainsi que la communication au sens large.

Elle s’est spécialisée dans la valorisation de contenus scientifiques multilingues, notamment sur les réseaux sociaux et dans le cadre de campagnes de communication en France et à l’international.

Membres
  • Franck BARBIN (Université Rennes 2 / LIDILE)
  • Martine GARNIER-RIZET (ANR)
  • Katell HERNANDEZ MORIN (Université Rennes 2 / LIDILE)
  • Franziska HUMPHREYS (EHESS)
  • Amélie JOSSELIN-LERAY (Université de Toulouse Jean Jaurès / CLLE)
  • Natalie KÜBLER (Université de Paris / CLILLAC-ARP)
  • Rudy LOOCK (Université de Lille / STL)
  • Hanna MARTIKAINEN (École Supérieure d'Interprètes et de Traducteurs / CLESTHIA)
  • Jean-François NOMINÉ (CNRS / INIST)
  • Cornelia PLAG (Université de Coimbra / OPERAS)
  • Caroline ROSSI (Université Grenoble Alpes / ILCEA4) 
  • François YVON (LIMSI / CNRS)
Une suggestion, une question à nous faire remonter ?
Écrivez-nous et saisissez le comité pour la science ouverte et ses 200 experts.