Ouvrir la Science

Point de vigilance sur les revues hybrides
2019
Notes du Comité
Le Collège Publications et le Groupe Édition scientifique ouverte du Comité pour la science ouverte alertent la communauté scientifique sur les revues hybrides. Dans celles-ci coexistent des articles en libre accès, moyennant des frais de publication, et des articles accessibles par abonnement.

Point de vigilance sur les revues hybrides

Collège Publications et Groupe Édition scientifique ouverte du Comité pour la science ouverte

Dans le contexte d’évolution rapide des modèles de publication scientifique, il nous paraît nécessaire d’attirer l’attention sur le modèle des revues dites « hybrides ».

Est considérée comme hybride une revue qui est diffusée par abonnement et qui propose à ses auteurs de payer des frais de publication (également appelés « APC ») afin que leur article soit publié en accès ouvert. Les éditeurs attribuent des labels différents pour cette possibilité, par exemple « Choice » (Sage), « Open Choice » (Springer), « OpenSelect » (Taylor & Francis) « Online Open » (Wiley), tandis qu’Elsevier cite seulement la liste de ses revues qui « soutiennent le libre accès ».[1]Il existe également des revues qui publient en accès ouvert avec frais de publication en partageant le processus d’évaluation et le comité de rédaction avec une revue en abonnement ; elles doivent être considérées comme des revues hybrides. Selon les cas on parle de revues clones, de revues sœurs, de revues miroirs voire de revues X.

Le Plan national pour la science ouverte de juillet 2018 recommande de soutenir les publications entièrement en accès ouvert et donc exclut les revues hybrides. Il en est de même pour le Plan S auquel la France a adhéré, à travers l’ANR et en accord avec le Plan national.

Le Comité pour la science ouverte déconseille donc formellement aux chercheurs et aux institutions de recourir au paiement des frais supplémentaires dans une revue sous abonnement et demande de ne pas soutenir ce modèle qui instaure un double paiement (« double-dipping »). Nous rappelons qu’il est en effet possible de publier dans une revue hybride sans payer de frais de publication et de diffuser conjointement son manuscrit en archives ouvertes, notamment HAL (loi numérique, article 30). Sur le site de la revue, l’article sera alors accessible seulement aux abonnés, et il sera accessible à tous sur l’archive ouverte.

 

Octobre 2019

References   [ + ]

1. Il existe également des revues qui publient en accès ouvert avec frais de publication en partageant le processus d’évaluation et le comité de rédaction avec une revue en abonnement ; elles doivent être considérées comme des revues hybrides. Selon les cas on parle de revues clones, de revues sœurs, de revues miroirs voire de revues X.